dimanche 5 février 2017

Noyon, de Clovis à Calvin

Ouvrons le billet d’aujourd’hui par un petit clin d’œil: il est, dit-on, assez rare qu’un Parisien fasse l’ascension de la Tour Eiffel, encore plus si d’aventure il est domicilié dans le VIe arrondissement de la capitale. De la même manière, on peut être historien du livre et des bibliothèques, à Paris, et n’avoir jamais eu l’occasion de faire, depuis des années, l’excursion de Noyon
…Noyon, cette petite ville du département de l’Oise, à 110 km environ de la capitale, possède pourtant le seul bâtiment de bibliothèque en France conservé en l’état depuis le tout début du XVIe siècle, et abritant toujours des livres.
L’excursion de Noyon est aussi, comme toujours, une excursion dans le temps, qui nous fait toucher plusieurs phénomènes. Après avoir traversé le pays de «France», puis la forêt de Chantilly, nous touchons la rivière d’Oise à Creil. Nous en remonterons la vallée, sur sa rive droite, d’abord jusqu’à Compiègne, pour gagner ensuite Noyon.
Premier phénomène: nous sommes dans une région intimement marquée par l’histoire de la Basse Antiquité et du haut Moyen Âge. La ville de Noyon est connue «seulement» depuis le Ier siècle (Noviomagus), comme marquant une étape sur le grand itinéraire romain de Boulogne et d’Amiens à Reims. La richesse du plat pays, un artisanat actif (tanneries, poteries, carrières de pierre, etc.) alimentent le marché local, mais surtout la situation sur un itinéraire majeur et la proximité de la rivière favorisent les activités de commerce. De grands domaines ruraux (villae) ont été découverts à proximité immédiate de la ville antique. C'est le pays (pagus) des Viromandi, un peuple «belge» dont le nom perdure à travers celui du village de Vermand, près de Saint-Quentin.
Mais Noyon est relativement proche des frontières du nord-est, dans une région où l’insécurité se fait de plus en plus sensible, au IIIe siècle, face à la poussée des peuples venus de Germanie. La ville jusqu’alors ouverte se rétracte  derrière une enceinte fortifiée enserrant une superficie très réduite, quelque 2,5 ha, et appuyée sur des tours. Les Francs sont de longue date installés sur le Rhin, avant de glisser vers le sud, pour s’établir d’abord autour de Tournai puis, lorsque l’Empire romain d’Occident disparaît définitivement (476), dans tout le pays au nord de la Somme. Alors que l’Église chrétienne, dirigée par les évêques, se substitue à l’Empire pour assurer les cadres de la société, Clovis, descendant de la dynastie régnante, fonde la nouvelle dynastie royale, se convertit et se fait baptiser, probablement à Reims.
Cathédrale de Noyon: les vestiges du cloître
Le roi des Francs en tire un immense prestige: il fait figure de «nouveau Constantin», et assure sa main mise sur l’Église. À Noyon, nous sommes précisément au cœur du pays franc. Les descendants des premiers rois sont notamment établis à Soissons et dans plusieurs palais proches, dont Quierzy, Compiègne ou encore Verberie: cette proximité a certainement joué un rôle dans la désignation de la ville comme siège épiscopal. L’évêque Médard s’y établit en 531, tandis qu'un siècle plus tard, l’évêque Éloi (Eligius, évêque de 640 à 659) est l’un des principaux personnages de la cour de Dagobert Ier. L’importance du siège épiscopal est telle que deux fondateurs de nouvelles dynasties royales se feront couronner à la cathédrale de Noyon: Charlemagne en 768, puis Hugues Capet en 987.
Le deuxième phénomène concerne l’organisation politique et topographique de la cité médiévale. Alors que le pouvoir royal est entré en décadence, l’essor économique des XIe-XIIIe siècles donne à Noyon un développement nouveau. Profitant de sa position marginale par rapport à la royauté capétienne, l’évêque reçoit les titres de comte et de pair de France, combinant ainsi le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel féodal. La ville s’est alors étendue, elle compte dix paroisses et une nouvelle enceinte doit être élevée, qui enferme toute la superficie de l’ancienne ville romaine. Plus ou moins en concurrence avec l’évêque-comte, de nouveaux pouvoirs tendent aussi à monter en puissance: celui du chapitre cathédral (60 chanoines, davantage qu’à Notre-Dame de Paris), et celui de la ville (une charte de commune lui est accordée par l’évêque en 1108)...
Cette juxtaposition de pouvoirs différents se donne à lire la topographie urbaine. La nouvelle cathédrale est entreprise en 1148, au cœur du quartier épiscopal enfermé dans le tracé du premier rempart. Ce quartier rassemble les clercs, les administrateurs ecclésiastiques et leurs serviteurs. Adossé au flanc nord de la cathédrale, le cloître et les bâtiments du chapitre sont élevés au milieu du XIIIe siècle (grande salle capitulaire, officialité, réfectoire, cellier, etc.), tandis que les maisons des chanoines se déploient en rayonnant autour du nouveau parvis. Au-delà, c’est la ville «bourgeoise», celle des artisans et des commerçants, qui peuplent les autres quartiers: au moins depuis la fin du XIIIe siècle, la place principale du Grand marché accueille l’Hôtel-de-ville et elle est surmontée par le beffroi.
Et voici le troisième et dernier point, qui nous fera toucher, à travers un itinéraire familial, la problématique de l'«exceptionnel normal»: Gérard Cauvin, né à Noyon dans les années 1466, est précisément l’une des figures principales de l’administration de l'évêché, comme notaire apostolique et procureur fiscal. La maison familiale s’élevait sur la place du Marché au blé, à 150 m. de la cathédrale, à l’ombre de laquelle Jehan Cauvin naît le 10 juillet 1509. En ce tournant du XVIe siècle, quoi de plus logique, pour un administrateur ecclésiastique de haut rang, que d’assurer la carrière de son fils en l’orientant vers l’Église? L’influence paternelle permet au tout jeune homme de recevoir un bénéfice, comme titulaire de l’autel Notre-Dame de la Gésine, dans la cathédrale même. Puis, à douze ans, Jehan est envoyé à Paris, pour y poursuivre des études de théologie d’abord au collège de la Marche, sur la Montagne Sainte-Geneviève, puis au collège de Montaigu. Il est reçu maître ès-arts en 1528.
La carrière de Cauvin prend pourtant une direction toute différente lorsque son père, dont les relations avec les autorités religieuses de Noyon se sont apparemment dégradées, décide de l’orienter vers une formation juridique. La pratique est dans l’air du temps, l’avenir des jeunes gens appartenant à des familles aisées mais sans «naissance» sera assuré par une compétence qui leur permettra d’entrer dans les bureaux et d’y obtenir, notamment au service du roi, mais aussi d'un grand, une fortune parfois considérable. Et voici le jeune homme parti en 1528 pour le centre de la formation juridique dans le royaume, l’université d’Orléans. Il y suit les cours du célèbre Pierre de l’Estoile, mais il y découvre aussi le principe du recours aux textes originaux (ad fontes), et il y rencontre des maîtres et des camarades, comme Melchior Wolmar ou encore Théodore de Bèze, qui le pousseront sur des voies complètement nouvelles sur le plan de la foi.
En 1533, Cauvin est reçu docteur en droit à Orléans, mais l’année suivante, il résigne ses bénéfices ecclésiastiques, et sera bientôt connu sous la forme francisée du nom latin, Calvinus, qu’il emploie usuellement: Jean Calvin, qui mourra à Genève en 1564.
Noyon: la bibliothèque du chapitre (bâtiment de 1506, mais aménagements intérieurs du XVIIe siècle)
Une incise en forme d'excuse: le jeune Calvin a connu, dans sa ville natale, le bâtiment pour lui familier de la nouvelle bibliothèque capitulaire, contiguë au Trésor et achevé trois ans à peine avant sa naissance. Réservons-nous d'y revenir.

Note de bibliographie: Michel Reulos, «Les attaches de Calvin dans la région de Noyon», dans Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, 110 (juill.-sept. 1964), p. 193-201.
Article sur l'histoire de Noyon, surtout pour les périodes les plus anciennes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire